Les Français, champions du monde des râleurs ?Durée de lecture : 10 min

français champions du monde des râleurs

Vous avez surement aperçu les nombreuses réactions sur les réseaux concernant la série sortie en octobre : Emily In Paris. Emily créé scandale auprès des Parisiens. Eh oui… les français ces râleurs…
En un week-end, la série s’est attiré les foudres de certains français, interpellés par les clichés diffusés qui font naître des avis mitigés. Les français, champions du monde des râleurs ?

Je me suis penchée sur les nombreux clichés qu’il peut y avoir sur les français. J’ai alors découvert que le cliché qui colle à la peau des Français était : la tendance à se plaindre. Mais pourquoi râle-t-on ? Et comment changer et devenir une personne plus positive ?

Ylou au mic

Je ne vous la présente plus, c’est ici Ylana qui prend la parole pour nous parler d’un sujet société qui encore une fois nous concerne tous (ou presque) ! Son premier article bien-être : Hypersensible et vous ?, nous avait beaucoup plu, on se sentait concerné par ce trait de caractère que peu de personnes acceptent et qui est pourtant commun. Cette fois elle nous aide à quitter le Français Râleurs CREW.

Merci Ylou pour ta bienveillance et bonne lecture à vous tous <3 !

On ne naît pas français râleur, on le devient.

Comment expliquer cette habitude de se plaindre sans cesse ?

Qui n’a jamais râler lors d’un embouteillage qui nous prive de liberté ? Qui n’a jamais râler de voir ces p***tain de chaussettes qui traînent et qui nous
rappellent notre manque d’organisation ? Ou encore, qui n’a jamais râler
lorsque son pc se met à ramer … ? Insupportable pour certains français râleurs, moins pour d’autres.

Si on prend le temps de réfléchir sur cela, on peut en déduire que l’on
se plaint lorsqu’un événement nous bloque, nous empêche, nous limite.
Parce que l’on se sent impuissant, on cherche à se libérer d’une tension
intérieure en la verbalisant à l’extérieur.

« Il semble qu’il y ait un facteur génétique à la stabilité émotionnelle qui influe sur l’anxiété et l’emportement. Mais ce sont aussi les expériences vécues qui façonnent la personnalité. »

Yves-Alexandre Thalmann, auteur, formateur et psychologue

En gros quand on est éduqué dans la plainte, on en prend l’habitude ! Donc il ne faut pas vous en vouloir mais vous pouvez vous en prendre à vos géniteurs … qui eux pourront s’en prendre à leurs propres géniteurs … et ainsi de suite. (lol)

Serait-ce Louis XIV le précurseur des français râleurs ?

Pourquoi râler est négatif ?

Si nous prenons l’exemple de « donner son avis », ma meilleure amie (coucou Lorène), lors d’une énième partie de commérage, m’a dit que rien ne servait de donner son avis sur une chose qui ne peut être modifié dans les 10 minutes qui suivent, car oui : donner son avis devient négatif quand celui-ci ne sert à rien.

Se plaindre c’est exactement la même chose. La plainte devient négative
lorsqu’elle ne sert à rien, car focaliser son attention sur ce qui ne va pas
assombrit l’humeur et alimente la frustration (et casse les bonbons de notre
entourage par ailleurs …).

Changeons cette négativité en positivité.

Je vous explique : l’indignation est aussi source de motivation pour agir.

Quand quelque chose ne va pas, plutôt que de s’en tenir à la parole (c’est à dire se plaindre), on peut aussi s’interroger et chercher des solutions.

Exemple : Si on râle contre son/sa compagnon/compagne qui laisse traîner
ses affaires, on peut se demander si, en faisant les choses à sa place, on ne brouille pas un peu le message… il faudrait ouvrir la conversation avec celui-ci/celle-ci sur ce point de désaccord.

Nous pouvons nous plaindre pour nous défouler ou pour trouver la solution à un problème. Le but : ne garder que le deuxième cas de figure et dire aurevoir au cliché des français râleurs.

Peut-on changer son mode de fonctionnement ?

Tout d’abord, il faut plutôt se poser les bonnes questions : « Est-ce que mes
pensées et mes comportements participent à mon bien-être ? », « Est-ce que je suis heureux ainsi ? ».

On a tous déjà été dans ce cas : quand rien ne va dans son sens, le réflex
que l’on a tous c’est de râler et de se plaindre, en pensant que c’est la
meilleure chose à faire. Mais c’est CHOISIR LA FACILITÉ.

Il est plus facile de se plaindre de sa vie, que de chercher à la changer ou à l’améliorer en résolvant un problème. Tourner son esprit vers une attitude orientée solution est tout à fait accessible, même pour ceux qui voient le verre à moitié vide.

Ensuite, on prend son temps, car une habitude comme vous devez si bien le savoir ne cesse pas du jour au lendemain, mais elle peut être remplacée par de nouveaux comportements qui vont créer d’autres autoroutes dans le cerveau. Il s’agit de s’entraîner et de se faire aider par des proches pour bénéficier de soutien… et de petits rappels à l’ordre.

Le négatif attire le négatif, et inversement

« Je n’aime pas les lundis matin » et tous ces statuts que nous voyons sur
les réseaux… Ce genre d’attitude donne le ton.

Si vous remplissez constamment la tête avec des perspectives négatives, que pensez-vous qu’il va se passer ? Le négatif n’attire pas le positif !

Comme le dit notre très chère @lenamahfouf alias Léna Situations (oui oui désolée, je suis fan) : « + = + ». Autrement dit : « le positif attire le positif ».

On est tous responsables de notre propre bonheur, la seule façon dont nous
pourrions être heureux c’est déjà d’arrêter de râler et de nous plaindre. Donc de changer de comportement. Changer notre attitude et surtout comprendre que nous n’avons pas le contrôle sur tout, mais que nous sommes pleinement capables de changer notre situation.

« Sème une pensée, tu récolteras un acte. Sème un acte, tu récolteras une habitude. Sème une habitude, tu récolteras un caractère. Sème un caractère, tu récolteras un destin. »

Stefen Covey, auteur, homme d’affaires, conférencier américain et professeur à l’école
de commerce Jon M. Huntsman de l’université d’État de l’Utah.

Comment voulez-vous changer votre vie, si vous ne changez pas votre mode de pensée ? Changer la tournure de nos pensées est la chose la plus accessible à notre portée.

Malheureusement, notre cerveau a un attrait naturel pour les choses
négatives, pour cela, le râleur relève d’abord ce qui ne va pas.

« Il est gêné par les épines avant d’être émerveillé par la beauté de la rose »

C’est ici qu’il faut passer à l’action en portant notre attention sur le contraire de ce qu’on aurait l’habitude de faire. Lorsque nous sommes tentés de dire quelque chose de négatif, arrêtons-nous et forçons-nous à dire l’inverse, donc portons notre attention sur quelque chose de positif.

La critique ne nous avance à rien

Tout d’abord, il faut éviter les jugements sans prendre le temps de réfléchir ! Quand l’autre nous contrarie, on est prompt à le disqualifier or il vaut mieux cultiver sa curiosité et s’intéresser à lui.

Donc, demandons à notre compagnon/compagne pourquoi il laisse traîner ses affaires. Peut-être qu’il vous dira qu’il était en retard, qu’il faut acheter une panière à linges sales ou une nouvelle armoire car il n’y a plus de place, ou tout autres choses …

La plupart des personnes ont tendance à râler sur les autres, à se plaindre des autres, peut-être parce qu’on croit que tout le monde fonctionne, pense ou agit de la même manière… Eh bien non !

Arrêtez de porter votre attention sur les choses que les gens ne font pas ou qu’ils devraient faire et donc de les juger. Vous ne connaissez pas leurs histoires.
Par exemple, ne vous plaignez pas de l’amabilité d’une vendeuse dans une boutique ou d’un service pitoyable d’un serveur. Car vous ne savez pas la journée qu’il a passé ou quels problèmes il vit dans les coulisses.

Même si je suis d’avis que, quand on est au boulot, on est au boulot, donc à soi de s’adapter et de mettre de côté ses états d’âme. Mais utilisez votre capacité d’empathie, c’est-à-dire la capacité que l’on a à pouvoir se mettre mentalement à la place de quelqu’un d’autre. En vous mettant dans ses baskets pendant 10 secondes, vous pourrez vous montrer plus indulgent envers elle/lui et moins râler, ce qui ne vous fera pas de mal et vous serez beaucoup plus détendu.

Apprendre à s’adapter

La seule chose de permanent dans la vie, c’est le changement.

Que vous le vouliez ou non, des changements occurrents, il y en a plein, et il y en aura plein d’autres à venir la semaine prochaine, le mois prochain, l’année prochaine… surtout dans notre situation sanitaire actuelle (si vous voyez ce que je veux dire).

Certains changements vous obligeront à abandonner certains acquis ou un
certain confort. Faites le deuil avec ça. Accepter cette situation vous aide à vous adapter positivement aux changements de la vie.
Relevez le défi de voir le positif dans chacune des situations que vous vivez, même si c’est un petit positif. Percevez l’expérience non pas comme un obstacle insupportable mais plutôt comme une opportunité.

Par exemple, ce confinement. Oui ce n’est pas agréable de rester cloitré chez soi (avec ses parents pour certains …), surtout pour les personnes qui se nourrissent d’échanges, de partages et de soirées bien arrosées (pourquoi direct vous me pointez du doigt ? Je ne vois pas du tout de quoi vous parlez). Mais voyez le positif ! Ce serait peut-être le moment de se mettre au sport, de ranger ses tiroirs, de développer des talents de peintre, de musicien ou d’apprendre d’autres langues.
Oui, il est vrai que certains/certaines sont séparé/e/s de leur bien aimé/e, mais dites-vous que ce sera une expérience, savoir si vous êtes vraiment amoureux l’un de l’autre, même à distance.

Prenez le temps de vivre votre vie juste pour vous-même.

Le stress et un emploi du temps chargé peuvent souvent prendre le dessus sur nos vies et peuvent briser l’esprit positif de n’importe qui, n’importe quand. D’où le nombre croissant de burn-out au travail d’ailleurs. Assurez-vous que vous faites des choses qui vous permettent de faire ce qui est important pour vous, ce qui vous fait du bien ou tout ce qui pourrait vous détendre.

Cela pourrait nous placer dans un tout nouvel état d’esprit

On change de point de vue, c’est-à-dire qu’on cesse les comparaisons dites ascendantes, qui focalisent sur le meilleur comme par exemple : « la circulation devrait être fluide » et on privilégie les comparaisons descendantes comme « la voiture pourrait être en panne ».

Toujours aller de l’avant

Soyez le changement que vous voulez voir dans le monde et refusez de vous
laisser abattre par les obstacles qui tenteront de vous écarter de votre
objectif.

Restez concentré sur l’objectif que vous voulez atteindre, peu importe ce que c’est. Bien sûr il y aura toujours des gens ou des situations qui vous ennuieront. Mais ça ne sera pas une excuse pour vous adonner à la négativité.
Rappelez-vous, « rien n’est permanent ». La chose qui créé un problème
ne peut pas durer éternellement. La plupart des problèmes sont temporaires et provisoires. Si vous comprenez cela, vous aurez la clé pour toujours aller de l’avant.

Prenez note des doutes que vous pouvez avoir et puis lâchez prise sur ces pensées. Être toujours dans le doute est un gaspillage de temps. Prenez une décision, passez à l’action et tenez-vous-y.

Soyez objectif

Enfin, on cultive un esprit de gratitude. D’accord, on est coincé dans un bouchon, mais on écoute en ce moment de la bonne musique et au moins on a enfin quitté le boulot on peut se détendre !

Pourquoi est-ce que je vous dis ça ? Parce que la plupart des français râleurs sont obsédés par le temps. Le temps est une des raisons principales pour laquelle les gens râlent. « Ça ne va pas assez vite, c’est trop lent, je n’ai pas de résultat immédiat, etc. » Ça vous parle n’est-ce pas ?

Et quand je parle du temps, je fais aussi allusion au passé et au futur. Le passé ne peut pas être changé et être inquiet concernant votre avenir est futile. Râler contre le temps, c’est donc inutile. Sorry. Vivez avec votre temps, vivez le moment présent et faites face à la situation actuelle dans laquelle vous êtes.

Bien que cela puisse paraître un peu cliché, apprenez à accepter gracieusement tout ce que la vie vous offre, autant le bon que le mauvais. Même les mauvaises circonstances peuvent vous enseigner des attitudes plus conscientes comme la patience et donc être plus objectif.
Personnellement, ma professeure de yoga à la fac nous enseignait à tenir un journal et faire l’effort de repérer chaque soir ce qui nous avait fait plaisir dans la journée, excellent antidote également.

Les astuces pour sortir du cliché “français râleurs” en 3 semaines

Aller petit défit de confinement 2.0 : La méthode OCA !

En ces temps de confinement, rien de meilleur que d’apprendre à ne plus râler ! Oui, i know … Tout le monde a besoin de vider son sac de temps en temps. Mais râler de façon compulsive peut nuire à votre humeur et agacer sérieusement votre entourage. Rien de bien bon pour la cohabitation forcée dans un même appartement ou même maison, non ?

D’autre part, se plaindre de façon stratégique, et avec modération, peut nous aider à parvenir à nos fins et à atteindre les résultats souhaités ! Nous allons apprendre ensemble (car oui vous n’êtes pas solo … je me plains sans cesse et cela agace mon compagnon… je sais de quoi je parle…) à limiter les plaintes inutiles et à ne garder que celles utiles en moins d’un mois !

La première semaine : observation.

Commencez par vous écouter quand vous râlez. Qu’est-ce qui déclenche
vos réflexions ? A qui les adressez-vous ?

Une technique pour vous aider à réaliser à quel point vous râlez consiste à vous mettre un bracelet à un poignet et à le changer de bras à chaque fois que vous vous plaignez. Vous verrez à quel point vous râler souuuuuuvent et que c’est une bonne métaphore pour vous montrer à quel point c’est des efforts dans le vent car cela ne sert strictement à rien de prendre le temps d’enlever le bracelet et de le mettre à l’autre bras. (J’en ai déjà la flemme …).

Vous pouvez également noter chaque plainte dans un carnet, en précisant à qui vous l’avez adressée et votre humeur avant et après. A la fin de la semaine, consultez la liste et essayez de comprendre quels sont les sujets qui vous touchent le plus.

La deuxième semaine : classer

Nous râlons pour deux raisons différentes : nous soulager ou trouver une solution. Le but est donc comme dit précédemment : d’éliminer le premier cas de figure et quitter le clan des français râleurs. Séparez ces deux raisons sur votre liste en utilisant des crayons de couleurs différentes.

Puis essayez de vous retenir lorsque vous sentez que vous allez recommencer à râler pour vous enlever un poids de la poitrine. Si vous ne pouvez pas vous en empêcher, défoulez-vous sur un carnet au lieu de vos amis, votre famille ou votre partenaire.

La troisième semaine : action

Vous pouvez désormais vous assurer que vous râlez uniquement pour parvenir à un résultat. Pensez au but que vous voulez atteindre quand vous vous plaignez.

Réfléchissez ensuite à la solution idéale à votre problème et si vous n’en trouvez pas, videz votre sac dans votre carnet.

Choisissez votre interlocuteur en fonction de sa capacité à vous aider : au lieu de râler sur votre compagnon/compagne parce que le téléphone fonctionne mal … appelez le service client bordel. (oulah je m’emporte)

En conclusion ?

Arrêter de râler, c’est d’une certaine manière améliorer sa vie.

Vous placez toute votre énergie dans la création plutôt que la plainte et la destruction. Si vous voulez arrêter de râler, que vous ne vous sentez pas épanoui ou frustré dans votre vie, sachez que vous avez deux options :

  • Vous plaindre et râler que votre vie craint et espérer qu’une petite fée arrivera avec sa baguette magique pour changer celle-ci,
  • Vous pouvez décider de changer ce qui ne vous convient pas et arrêter de râler.

Ne vous plaignez plus des choses qui sont hors de votre contrôle.

Pour abandonner le clan des français râleurs, allons de l’avant avec plus d’assurance et plus de confiance. Et par-dessus tout soyons bienveillant envers nous-même, nous rendrons la vie de ceux qui ne se plaignent pas beaucoup plus vivable.

Attention, passer simplement à l’action ne garantit pas que vous aurez des résultats, votre voyage vers le bonheur n’exclut pas que vous viviez quelques erreurs ou déceptions. Mais si vous n’agissez pas, vous aurez en revanche la garantie d’un résultat que votre situation ne s’améliorera pas et que vous resterez à vous plaindre de ce qui ne va pas dans votre vie, donc vous resterez malheureux ! Cheh ! (Comme dirait ma grand-mère).

Le bonheur ne va pas vous arriver du jour au lendemain, vous devez
continuer à vous faire du rentre dedans pour continuer à aller de l’avant
quand vous manquez d’entrain et cela peu importe si ce que vous vivez vous semble difficile ou pas.

« Un pessimiste voit la difficulté dans chaque opportunité. Un optimiste voit l’opportunité dans chaque difficulté. »

Winston Churchill, symbolise la résistance dans un Royaume-Uni en guerre. Premier
ministre, peintre et écrivain, il a marqué le XXe siècle par ses discours et ses coups
d’éclat.

Pour aller plus loin :

Vous passez votre temps à vous plaindre et doutez donc de votre bonheur
actuel ? No problemo.

Faites le test : ICI

Pour allez encore plus loin :

Je reprends le mic pour compléter un point qui m’est familier et me passionne. Vous savez de quoi je parle : le passage quand Ylou nous parle de sa prof de Yoga !
Elle disant dans ce passage que sa prof lui conseillait de tenir un journal pour y écrire chaque soir les événements qui lui avait fait plaisir dans la journée. C’est un journal de gratitude !

En effet, quand on est constamment placé dans le feu de l’action, à penser à tout en même temps, on en perd l’essence même de la vie : exister.

Comme Ylana le l’explique bien, on peut soit continuer faire partie de ces français râleurs, à rager sur ce qui ne se passe pas, soit accepter ce qui se passe. Accepter ce qui se passe et être reconnaissant/e (car la voiture qui roule très lentement devant nous, pourrait carrément être en panne) c’est attirer des bonnes énergies.

Ecrire quelques faits gratifiants dans un cahier avant de se coucher (aujourd’hui je n’ai pas attendu l’ascenseur, j’ai pu m’assoir dans le métro, ma/mon collègue m’a complimenté…), c’est s’endormir, se réveiller, et commencer la journée, avec le sourire.

Qui parmi nous voudraient s’en aller de cette case de “français râleurs” ?

11 thoughts on “Les Français, champions du monde des râleurs ?

  1. sikis izle

    Great post, you have pointed out some great details , I likewise think this s a very fantastic website. Anna Cleve Ivana

    1. Gacines

      Thank you for your comment I’m pleased to read you ! 🙂

  2. marcelle darga

    I randomly stopped by your site but you are really successful

    1. Gacines

      Thanks a lot <3

  3. staci bieber

    Greate article. Keep writing such kind of info on your blog.

    1. Gacines

      Thank you ! There are so much new topics in coming yet !!

  4. frances lucie

    I get very useful information on your page, I feel lucky

  5. lou mountcastle

    You produce quality content, I appreciate you

  6. DECUIR0478

    Thank you!!1

  7. ghislaine goich

    Awesome article post.Much thanks again.

  8. sanayi blogu

    I blog quite often and I genuinely thank you for your content.
    Your article has truly peaked my interest. I am going to book mark your website and keep checking
    for new information about once per week. I subscribed
    to your RSS feed too.

Leave A Comment