Comment être heureux ?Durée de lecture : 5 min

Be happy

Le bonheur à l’air simple mais on a souvent du mal à le trouver, à part chez les autres. Dans le fond, savons nous vraiment ce qu’est le bonheur et comment faire pour être heureux ?

Le bonheur c’est quoi ?

Souvent vous me direz que c’est une idée de hippie, idéalisée de la vie, et qu’il n’y a que sous drogue qu’on peut goûter au bonheur. Alors certes, les hippies des années 70 sous LSD ont l’air heureux comme jamais, mais il y a une différence entre l’euphorie sous substance et le bonheur véritable.

Mais d’abord, c’est quoi le bonheur ? Et surtout c’est quoi être heureux ? 

Au sens propre, et selon la définition du dictionnaire (l’internaute), le bonheur c’est « l’état heureux, de bien-être ». Simple. Ou pas.

Est-ce que se réveiller avec le petit déjeuner au lit fait de nous des personnes heureuses ? Et trouver un billet de 10 dans la poche arrière d’un jean oublié ? Tous ces moments qui nous font sourire, est ce que c’est ça être heureux ?

Pour y voir plus clair, voyons ce que la définition d’un point de vue philosophique nous dit : « état constant de plénitude, contentement, enchantement, bien-être. Bonheur entier, inconditionnel et stable, entière satisfaction qu’elle soit physique ou mentale. »

On y voit là une notion de durée dans le temps en parlant d’état « stable et constant ». Se réveiller du bon pied et trouver un billet dans sa poche de jean nous fera sourire, c’est certain, mais ça ne fait pas tout ! On peut comprendre également que le bonheur est propre à chacun, et que tout le monde ne trouvera pas son compte au même endroit.

Le bonheur ça sort d’où même ?

Ces sensations et émotions agréables qu’on peut ressentir à tout moment proviennent de notre cerveau ! Vous avez sûrement déjà entendu parler de ces hormones qui émettent des signaux aux neurones. Il en existe 4 qui seraient en effet responsable de cet état de plénitude : la dopamine, l’endorphine, la sérotonine et l’ocytocine. Loretta Breuning, professeure à l’Université d’Etat de Californie, écrit dans son livre “Nos Hormones du Bonheur en Lumière” :

« Vos sentiments sont uniques, mais les molécules qui les véhiculent sont les mêmes chez tout le monde. Votre expérience de vie est unique. Cependant, il existe un point commun à toutes les expériences de vie : chaque cerveau a pour but sa propre survie. »

Loretta Breuning – “Nos Hormones du Bonheur en Lumière”

Comme prévu ! Chacun dispose du même fonctionnement pour fabriquer ses propres hormones du bonheur, mais les sources de bonheur sont différentes pour chacun de nous. Elles dépendront de nôtre vécu et des souvenirs qu’on en garde. De nos gouts et de nos attentes.

Exemple : à la cantine quand j’étais en maternelle j’ai pleuré à chaude larme pour ne pas manger les champignons servis en entrée. Persuadée que c’était très mauvais, j’ai tardé à oser en manger à nouveau. Jusqu’au jour où j’ai mangé un risotto pour la première fois. Aujourd’hui je trouve ça excellent et kiffe ma vie quand j’en mange (bientôt un article sur mes recettes aux champignons !)

Ses souvenirs qu’on garde de nos expériences de vie et surtout les émotions ressenties à ce moment définissent clairement nos sources de bonheur.

Les 4 hormones du bonheur 

Pour revenir à ses super hormones magiques, voyons comment les stimuler et en quoi elles se différencient.

La dopamine :

Ce neurotransmetteur intervient dans le processus de la récompense. Elle libère de l’énergie ainsi qu’une sensation agréable lors d’une réussite. Et en prime elle enregistre le moment et l’associe au sentiment de joie. Voilà pourquoi on saute partout quand on réussit une partie de Candy Crush! 

On la retrouve aussi dans certaines substances type cocaïne, morphine ou héroïne. Et par sa mémoire, elle enregistre la prise de ses substances à la sensation de satisfaction, ce qui conduit facilement à la dépendance.

L’endorphine : 

Semblable à sa cousine la dopamine, elle intervient également dans le processus de récompense et du plaisir. Le petit plus est qu’elle dispose aussi d’effets analgésiques (réduction de la douleur) et anxiolytiques (réduction du stress). On la stimule principalement par le rire et le sport.

Attention ! Il y a également risque de dépendance lorsqu’elle est stimulée par d’autres substances type alcool, cannabinoïdes ou nicotine par exemples.

La sérotonine : 

Elle intervient sur notre sommeil, notre humeur, la dépression… on peut la trouver dans certains aliments tels que le poisson, les produits laitiers, les viandes…

Loretta Breuning fait le lien entre la sérotonine et le fait d’être respecté par autrui. Elle parle de prédominance sociale, qui serait responsable de notre production de sérotonine et nous donnerait envie d’évolution dans la hiérarchie. Compliqué si le contexte sociale est oppressant ou manque de reconnaissance. Et c’est souvent le cas dans le monde du travail.

Certains individus en viendraient alors à freiner ces pulsions de prédominance sociale pour les mener à une confiance sociale : soyons fier de nos accomplissements ! Les encouragements pourront se faire rare et cela pourra être décevant de la part de notre entourage, mais restons concentré sur ce qui nous importe. C’est à dire notre propre bonheur.

L’ocytocine : 

Dernière hormone en liste, mais la première a être stimulée chez chacun de nous. Elle est responsable du lien social établit dans un premier temps avec la mère. L’ocytocine joue un rôle capital durant la grossesse, pendant l’accouchement, lors de l’allaitement. Elle est aussi très stimulée pendant la construction de liens amoureux, notamment par le toucher. C’est l’hormone de l’amour ! 

Elle serait même une piste potentielle pour soigner l’autisme.

En d’autres termes, voilà un schéma pour mieux comprendre comment stimuler chacune de ces hormones :

Schéma comment stimuler ses hormones du bonheur

Je vous invite à consulter cet article du même sujet pour en savoir beaucoup plus (notamment sur les travaux de recherche de Loretta Breuning), ainsi que les définitions de chacune de ces hormones sur le site Futura-sciences.com.

Le bonheur, comment faire ?

Maintenant qu’on comprend mieux ce qui se passe dans notre cerveau, suffirait-il de rire, d’aimer et de se faire confiance pour être heureux ? 

Le fonctionnement de ces 4 hormones responsables du sentiment de bonheur nous aide certainement à y voir plus clair. Mais je pense que la route vers ce sentiment intense est un peu plus complexe que le schéma ci-dessus. Il faudrait alors ajoute un soupçon de bonne volonté ! 

La tristesse et la dépression sont des sentiments à prendre au sérieux. Il ne suffit malheureusement pas de lire un article de blog pour soudainement gérer ses émotions et les manipuler comme on le souhaite. Selon moi, le bonheur se comprend, et il s’apprend ! 

5 astuces pour être heureux.

Voilà 5 astuces que j’utilise personnellement pour me rappeler d’être heureuse. A prendre, à laisser ou à adapter ! Ces astuces me viennent d’inspirations différentes comme des lectures sur le développement personnel, la méditation ou encore la religion. 

  1. aimez vous : 
    S’aimer soi avant d’aimer les autres. Souvenez vous que la personne avec qui vous vivrez toute votre vie, c’est bien vous même ! Disons que l’estime de soi vous aidera à vivre en cohabitation avec vous même, plutôt que de devoir vous « supporter ».

  2. faites vous confiance :
    Ne vous négligez pas. Et ce même si votre entourage manque de réaliser votre valeur. Tant que vous savez ce que vous valez, l’avis des autres ne devrait pas nous importuner. 

  3. restez concentré sur ce qui importe :
    On ne se laisse pas déconcentrer par les futilités et les énergies négatives. Garder en tête vos objectifs de vie. 

  4. osez :
    Partagez votre folie, votre bonté, votre générosité, mais aussi votre colère et votre tristesse. N’ayez pas peur de vous exprimer de quelque façon que ce soit. Il n’y a pas de cahier des charges qui explique comment on doit se comporter.

  5. remettez-vous en question :
    Bien souvent on vivra des situations inconfortables qui nous donneront envie de crier jusqu’a s’en casser les cordes vocales. Et c’est tout à fait normal. Il faudrait justement ne pas retenir nos émotions et, une fois au calme, penser à rembobiner la scène en se posant quelques questions, du genre : qu’est ce qui s’est passé ? Comment ai-je réagi ? Et comment ont réagit les autres ? Où ai-je tord ? Et où les autres ont tord ?

A vous de jouer ! Ne vous laisser pas faire par votre tristesse ou votre colère qui peuvent être de véritables obstacles au bonheur. Acceptons nos émotions et laissons les s’en aller en reprenant le contrôle sur nos hormones du bonheur.

Quelles sont vos meilleures astuces pour être heureux ?
Répondez en commentaire !

4 thoughts on “Comment être heureux ?

  1. 120 km à vélo jusqu'à la plage - ça dit quoi ? - Daily Gacines

    […] Comment être heureux ? […]

  2. Hypersensible et vous ? - Bien-être - Bien-être - Daily Gacines

    […] Comment être heureux ? […]

  3. Les origines du YOGA - Bien-être - Daily Gacines Faire du yoga

    […] Comment être heureux ? […]

  4. Le pain à la banane - Cuisine - Recette végan healthy - Daily Gacines

    […] Comment être heureux ? […]

Leave A Comment