120 km à vélo jusqu’à la plageDurée de lecture : 6 min

Yoga a la plage

Retour sur une expédition un peu particulière mais très enrichissante : je raconte notre expédition à vélo de 120 km jusqu’à la plage !

Merci Justine !

Début juin 2020, alors que le déconfinement venait de se faire, je retrouvais mes amies pour une douce session yoga (je vous rassure, les tapis bien espacés d’un mètre cinquante pour la sécurité de tous). Une fois la séance improvisée terminée, on décide de manger ensemble. Justine inspirée par son kebab falafel sauce hannibal nous propose : “hé ça vous dis pas qu’on aille à la plage en vélo ?”. Pourquoi pas !

Le samedi 13 juin 2020, nous voilà partis pour une aventure à vélo, pour parcourir 120 km jusqu’à la plage, à vélo ! Pas du tout équipés, Seb avait acheté son vélo la veille et je partais avec un vélo de ville… Justine et Bryan nous avait surpris avec leur tandem équipé, vraiment bien pimpé. 

S -2 :

L’idée était de partir de Carvin pour arriver à Stella Plage, en passant par la deûle dans un premier temps, puis par la campagne, parfois par la ville et sur des routes départementales. Bryan gérait l’itinéraire, tout ce que je voulais savoir c’était si on allait pouvoir arriver à temps pour se jeter dans l’eau en arrivant, 120km plus tard, jusqu’à la plage.

Le plan était tellement spontané, on ne savait pas à quoi s’attendre, à part qu’on allait passer la journée assis sur une selle de vélo et qu’il faudrait jouer sur le mental si nos jambes nous font des caprices. En tout cas c’était mon état d’esprit au départ.

S -1 :

Je savais que la nutrition était l’un des aspects les plus importants lors des pratiques sportives de longue durée. J’ai donc fais attention à ce que je mangerai avant le départ, pendant l’effort et même après. La semaine avant le départ j’ai donc limité les apports en gras et les plats lourds pour privilégier les apports en glucides (des pâtes), en protéines (surtout végétales) et en vitamines (un max de fruits et légumes). J’ai essayé de bien nourrir mon corps pour le préparer à l’effort.

Je limitais les séances de sport aussi ! Je ne voulais pas fatiguer mon corps et plutôt le préserver pour cette aventure improvisée.

J -1 :

Mes affaires sont préparées depuis la veille mais je stress d’oublier quelque chose. Dans notre groupe de conversation, Seb me dit juste “prends un vélo”, bon, ça devrait aller…

Toujours soucieuse de ma nutrition, je prépare quelques encas bien nutritifs pour la route. Au menu : pain à la banane, energy balls, cake salé courgette/chèvre, barres de céréales et de l’eau.

Jour J :

photo de groupe avant départ

Rendez-vous samedi matin 7h sur le parking de Leclerc. Sarah nous rejoint en voiture, on met nos sacs et nos tentes dans son coffre, et c’est parti pour la plage. On se rejoindra là bas. 

1ère étape :

Départ 7h45, on longe la deûle de Carvin à Air-sur-la-Lys pour environ 50km. Cette première partie de l’itinéraire est magnifique, le sol est extra plat et à part quelques cailloux par ci par là, c’est vraiment agréable ! On adopte une bonne allure !

Aucun de nous n’avait jamais parcouru autant de kilomètres en une seule fois, jusque là tout va bien, on se suit bien, même si nos fesses commencent à pleurer (même avec une protection en gel, ça faisait mal…).

On profite de quitter la route de la deûle pour faire notre pause dej, un peu avant midi, et reposer nos gambettes un moment.

2ème étape :

Mametz, Therouanne, Delette, Coyecques, nous voilà repartis pour la deuxième grosse moitié de litinaire. Carvin est déjà bien éloigné ! On reprend la route doucement histoire de refaire chauffer les muscles, il fait beau et le soleil tape bien. Sans oublier les pauses, on prend aussi le temps de s’arrêter pour s’hydrater.

sur la roue de la deûle à vélo

Cette seconde étape passe vraiment bien. On traverse les villages et on prend le temps d’apprécier le beau temps. Le sol est plus ou moins plat, c’est toujours aussi agréable même avec une cinquantaine de kilomètres déjà cumulés dans les mollets. 

Hop, 20km de plus !

3ème étape :

Les choses commencent à se corser, et la on entre dans le vif du sujet : LES DÉNIVELÉS. Un peu plus de la moitié de l’itinéraire à était réalisé et à notre grande surprise, le niveau se corse…

En quelques kilomètres on est passé de 0 à presque 200 mètres de dénivelés, ça a piqué fort! A tel point qu’une pause était nécessaire au pied du premier arbre qu’on trouverait. Le soleil tapait fort et l’effort physique demandé était intense. On a fait une bonne partie de la montée à pieds, pendant que Justine est Bryan faisait une sieste plus loin sur un rond point… Sorry les gars mais ça devenait compliqué… mais on y est arrivés ! Sauf que c’est pas terminé…

repos sur un rond-point
Justine fait sa pause sur le rond-point

Après une courte descente, nous revoilà en montée. Effectivement, elle était courte mais elle était là ! C’est à ce moment que je comprends qu’il va falloir que j’active le mode warrior de mon cerveau, volontairement ! 

On a réussi à faire les kilomètres précédents en pleine montée alors que ça nous paraissait impossible à première vue. C’est à dire que c’est impressionnant quand on réalise la hauteur à parcourir, on se sent petit. Sur la route, le courage ne nous a pas lâché, l’envie non plus et inconsciemment on avait réussi à bloqué notre cerveau sur notre objectif. 

La plus grosse partie du travail avait été réalisé, ce n’était pas le moment de faire demi-tour ni de se décourager. Résultat, une magnifique descente nous attendait, c’était un pur régal ! J’allais tellement vite que les roues de mon vélo de ville commençaient à trembler, Ju et Bryan nous ont vite dépassés avec leur tandem, j’entendais Seb crier de bonheur derrière moi. Magnifique. Nous étions arrivés à un peu plus de 90km parcourus !

4ème étape :

Je n’ai eu aucune notion du temps et de l’heure qu’il était pendant toute la durée de l’expédition. Toujours pareil, je voulais seulement rentrer à temps pour pouvoir mettre mes jambes à l’eau en arrivant.

Finalement, vient la dernière étape, même si ce n’était pas la plus pentue, elle était la plus difficile. On commençait à fatiguer sur notre vélo dont les roues n’étaient pas toujours adaptées aux routes empruntées…

Il nous restait 30 km à parcourir qu’on aurait pu faire en 1h30 d’après google… En fait, je ne sais plus exactement ce qui s’est passé mais on a fini par perdre le tandem. C’est pourquoi on a continué en binôme. On s’est un peu perdu, Seb a voulu casser son vélo quelques fois, puis on a fini par arriver à 20h30, pendant que Ju, et Bryan avaient rejoint Sarah 2h plus tôt… On mettra ça sur le dos des vélos, en jurant que la prochaine fois on irait en tandem nous aussi ! 

Nous voilà à destination, après 120 km à vélo jusqu’à la plage.

Et après ?

Soulagés d’être bien arrivés et fiers d’avoir finalement parcouru 120km à vélo pour aller à la plage, on ne pouvait que passer une bonne soirée et surtout bien dormir, même dans les dunes !

Bien que le camping sauvage soit interdit en France, particulièrement à cause du non respect et de la dégradation de la nature (on ne jette pas ses déchets dans la natures les amis), nous avions quand même tenter le coup.

On prend le temps de se reposer, de manger et c’est parti à la tombée de la nuit pour installer les tentes dans les dunes. Après coup, j’étais encore excitée de l’expédition que je venais de réaliser, mais je sentais que mon corps me réclamait du repos. A peine installée dans mon sac de couchage, j’étais partie dans mes rêves…

camping sauvage dans les dunes
camping sauvage dans les dunes

Ce que je retiens :

  1. Pas de courbatures du lendemain et une des meilleures nuits passées, pleine de repos
  2. Le vélo c’est pas de l’eau surtout les vélos de ville pour un parcours comme celui la
  3. Les energy balls c’est vraiment bon et ça boost vraiment bien
  4. J’ai mis une semaine à récupérer. J’étais en télétravail du lendemain et luttais avec moi même pour ne pas m’endormir.
  5. Le retour à vélo du lendemain n’était pas possible à notre niveau, toujours prévoir un moyen de retour et de quoi démonter la roue du vélo…

En rentrant de cette aventure, j’étais complètement épanouie de mon week-end. C’était curieux : je m’étais totalement vidée de mon énergie mais en même temps mon week-end m’avait ressourcée !

Voilà un aperçu vidéo de 2 min de nos 120km jusqu’à la plage à vélo, à voir et revoir !

Vidéo récap 120 km à vélo jusqu’à la plage

Vous avez déjà parcouru un itinéraire du genre à vélo ? Ça vous tenterait de le faire ? Des conseils pratiques à donner ?

Dites nous tout en commentaire ! 

Leave A Comment